منتدى معهد اللغة الفرنسية بالوادي
.
منتدى معهد اللغة الفرنسية بالوادي


 
الرئيسيةالرئيسية  اليوميةاليومية  مكتبة الصورمكتبة الصور  س .و .جس .و .ج  بحـثبحـث  قائمة الاعضاءقائمة الاعضاء  المجموعاتالمجموعات  التسجيلالتسجيل  دخول  
بحـث
 
 

نتائج البحث
 
Rechercher بحث متقدم
المواضيع الأخيرة
» la linguistique 1er anneè lmd
الجمعة 21 نوفمبر - 23:01 من طرف Sarah_Gucci

» هدية الى احبائى اعضاء هذا المنتدى كتاب فى صوتيات اللغة الفرنسية
الجمعة 17 أكتوبر - 16:20 من طرف إيمان

» bon jour mes amis
الأربعاء 8 أكتوبر - 13:05 من طرف زهرة الزهور

» Le dialogue
الأحد 7 سبتمبر - 13:17 من طرف bouthaina alg

» salut tout le monde
الأحد 7 سبتمبر - 13:11 من طرف bouthaina alg

» Comment apprendre le Français
الأربعاء 22 مايو - 14:36 من طرف alba

» محاضرات بصوت الاستاذ بالي حمزة
السبت 2 فبراير - 10:58 من طرف krm

» حوار بين رسول الله و إبليس اللعين...حوار جميل جداً الجزء1
الأحد 23 ديسمبر - 2:01 من طرف hamza12

» بالفديو كورس كامل لتعلم اللغة الفرنسية باللغة العربية
السبت 15 ديسمبر - 0:55 من طرف lias

النواب يرفضون نظام ''أل. أم. دي''
الخميس 10 سبتمبر - 13:42 من طرف Admin

عارض
نواب المجلس الشعبي الوطني بشدة، أمس، محتوى مشروع القانون التوجيهي
للتعليم العالي، واعتبر معظمهم أن النظام الذي يراد اعتماده بموجب القانون
يمهد لعرض الجامعات الجزائرية للبيع كما حدث بالنسبة للمؤسسات الاقتصادية.


تعاليق: 0
لقاء مع مدير الخدمات الجامعية بالوادي
الإثنين 7 سبتمبر - 6:38 من طرف Admin

لقاء مع مدير الخدمات الجامعية بالوادي لتسليط الضوء على واقع الخدمات حاضرا ومستقبلا.

أجرى اللقاء السيد خليفة بلقاسمي مراسل الموقع وإسماعيل موساوي مدير الموقع.

بطاقة تعريفية



  • بونعيم مصطفى كمال من مواليد 1968 بتلمسان


تعاليق: 0
Séminaire de la langue Française
السبت 4 يوليو - 2:43 من طرف Admin
ملتقى وطني لتدارس الوضعية



المجتمع ونقص التأطير وراء تراجع مستوى اللغة الفرنسية في الجنوب


2009.05.18

رشيد شويخ
أوعز
المشاركون في أشغال الملتقى الوطني الأول حول تعليم اللغة الفرنسية في


تعاليق: 1
تصويت
تسجيل صفحاتك المفضلة في مواقع خارجية
تسجيل صفحاتك المفضلة في مواقع خارجية Digg  تسجيل صفحاتك المفضلة في مواقع خارجية Delicious  تسجيل صفحاتك المفضلة في مواقع خارجية Reddit  تسجيل صفحاتك المفضلة في مواقع خارجية Stumbleupon  تسجيل صفحاتك المفضلة في مواقع خارجية Slashdot  تسجيل صفحاتك المفضلة في مواقع خارجية Furl  تسجيل صفحاتك المفضلة في مواقع خارجية Yahoo  تسجيل صفحاتك المفضلة في مواقع خارجية Google  تسجيل صفحاتك المفضلة في مواقع خارجية Blinklist  تسجيل صفحاتك المفضلة في مواقع خارجية Blogmarks  تسجيل صفحاتك المفضلة في مواقع خارجية Technorati  

Conservez et partagez l'adresse de منتدى حمدان للغة الفرنسية sur votre site de social bookmarking

قم بحفض و مشاطرة الرابط منتدى معهد اللغة الفرنسية بالوادي على موقع حفض الصفحات

شاطر | 
 

 A.C/Cours3

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل 
كاتب الموضوعرسالة
Admin
Admin


Messages : 310
Points : 871
Réputation : 20
Date d'inscription : 16/06/2009
Age : 31
Localisation : el-oued

مُساهمةموضوع: A.C/Cours3   الجمعة 26 يونيو - 0:31

*Modernisation de la géographie et aires culturelles
A partir de 1967, on assiste, dans le monde anglo-saxon, à la multiplication de manuels qui essaient de mettre à la portée des étudiants l'essentiel des résultats que la nouvelle géographie structurée autour des grands résultats de l'analyse spatiale a appportés. Ces ouvrages ne faisaient malheureusement aucune place au milieu et à l'histoire. Lorsque j'ai rédigé, en langue française, un manuel du même type, j'y ai donc incorporté une partie où je faisais état des développements récents de l'écologie à base énergétique, et je l'ai conclu par un développement sur la géographie culturelle, où j'essayais de dresser un bilan de ce que la géohistoire à la française ou la géographie culturelle à l'américaine avaient apporté. Je m'y suis inspiré
de Spencer et Thomas, d'autres travaux américains, de La Grammaire des civilisations de Braudel, et d'autres ouvrages de géohistoire, ceux de Maurice Lombard sur l'Islam ou de René Grousset sur L'Empire des Steppes par exemple. Le thème de l'humanisation de la planète à partir d'une pluralité de foyers dont les traditions se différenciaient au fur et à mesure que l'on s'éloignait d'eux me parut fécond. Je retins aussi l'idée du développement en miroir de traditions à partir de lignes d'affrontement et de contact : il avait surtout servi à éclairer l'origine de genres de vie aussi opposés que ceux de l'agriculture sédentaire et du nomadisme, originaires d'une même aire, que leur affrontement dévastait par la suite en partie. Je le transposai dans des cadres historiques plus proches, en soulignant les effets de miroir entre Islam et Chrétienté, ou entre Europe du Sud/Europe du Nord, Europe catholique ou protestante/Europe orthodoxe.
Les aires culturelles que j'essayais de cerner devaient leurs contours et leurs particularités aux milieux où leurs combinaisons productives originelles avaient été élaborées,
mais c'étaient à leurs modes de pensée, à leurs valeurs religieuses et aux systèmes et techniques de communication qu'elles avaient élaborées qu'elles devaient l'essentiel de leurs caractères.
*Les aires culturelles et l'inertie des groupes humains
On pourrait multiplier les analyses de travaux des années 1960 ou 1970 sur les aires culturelles sans en apprendre beaucoup plus sur les facteurs qui expliquent leur genèse et leur persistance que ce que les trois exemples retenus apprennent. Les civilisations - ou les cultures, peu importe le terme dont on fait usage - sont des réalités durables, même si ce sont des constructions historiques qui changent
avec le temps. Elles doivent leur inertie à toute une série
de facteurs. Certains sont d'ordre naturel : dans beaucoup de cas, les sociétés ne savent mettre en œuvre qu'une seule combinaison productive pour tirer parti des milieux auxquels elles sont confrontées.
C'est ce que soulignait déjà Ratzel lorsqu'il parlait des
Naturvölker, ces groupes primitifs obligés de prendre
largement en compte les pesanteurs de l'environnement. Il opposait à ces humanités premières les Kulturvölker, les
peuples capables, grâce à des techniques matérielles
et sociales plus évoluées, de s'isoler de la nature pour
la mieux dominer. Mais même dans le cas des grandes sociétés à Etat que nous décrit l'histoire, le poids des contraintes qu'elles rencontraient et la difficulté à les surmonter se lisaient au poids qu'y tenait le secteur agricole, et à l'inertie que cela introduisait dans leur évolution. Braudel y était sensible lorsqu'il se penchait sur l'identité de la France : sa plus grande originalité ne venait-elle pas, pour lui, de ce qu'elle était fondamentalement restée, et jusqu'à récemment,
une société paysanne ? On aurait pu le dire, avec tout autant de raisons, de la civilisation chinoise, de la civilisation indoue ou de la civilisation aztèque.
Mais l'inertie qui faisait des aires culturelles des objets que seule l'histoire de longue durée permet d'appréhender avait d'autres sources. Elle tenait à ce qu'elles constituaient des structures de communication, et que ces structures constituaient des systèmes qui ne pouvaient que difficilement changer. Cela résultait des techniques d'acheminement des informations sur lesquelles elles reposaient : la révolution de l'écriture n'y avait pas remis en cause le poids extraordinaire de l'oralité; elle avait seulement abouti à la constitution de sociétés à deux vitesses, avec des bases populaires où l'échange direct, de bouche à oreille, dominait, et des élites encadrantes qui savaient utiliser l'écriture pour tenir des comptabilités publiques - ou commerciales -, acheminer des ordres et des informations politiques, et propager de nouvelles normes
morales ou religieuses. Dans la mesure où l'oralité jouait
encore un rôle décisif, beaucoup d'éléments restaient confinés dans des cercles étroits. Les aires culturelles
étaient compartimentées en cellules de base - qui n'étaient
pas nécessairement similaires par la langue, la religion ou les mentalités. C'était le poids de ces unités de niveau
inférieur qui lestait l'ensemble, l'empêchait d'évoluer
rapidement et faisait que les religions anciennes demeuraient celles des campagnes, des paysans, des païens, alors que les groupes encadrants évoluaient déjà souvent à des rythmes différents.
Les travaux d'ethnographie à la manière de Robert Redfield
aident, à partir des années 1940, à mieux comprendre
la spécificité des sociétés où dominent l'oralité, et le statut original des groupes paysans et des fractions populaires des populations urbaines qui n'utilisent pas directement l'écriture mais sont intégrés dans des sociétés dont les
structures encadrantes reposent sur elle. Les décalages dans les rythmes d'évolution qui naissent de cette dualité éclairent la mécanique de la longue durée dans toutes les sociétés historiques qui précèdent les révolutions du XIXe
siècle : révolution économique de l'industrie et des
transports - et révolution des modes de communication - instruction généralisée et baisse du prix de l'écrit grâce
à la modernisation de l'imprimerie.
Dans les tableaux des aires culturelles que l'on dresse dans les années 1950 ou 1960, une opposition se dessine entre deux grands ensembles : dans l'Ancien Monde, de l'Europe occidentale à l'Inde et à la Chine les aires correspondent à des ensembles dont les membres sont conscients de ce qui fait leurs solidarités, même si celles-ci ne sont pas partout identiques : sentiment d'appartenance religieuse pour la Chrétienté, pour l'Islam et dans une certaine mesure, pour le monde hindouiste, sentiment de partager la même conception
du monde social en Inde, intégration dans une structure politique unitaire en Chine. Dans le Nouveau Monde d'avant Christophe Colomb et dans les parties méridionales de l'Ancien Monde - continent noir, comme disait Braudel, régions montagneuses de l'Asie du Sud-Est ou de l'Insulinde, Océanie - les groupes que nous intégrons dans
une même aire culturelle n'ont aucune conscience de leur solidarité : les liens qu'ils tissent entre eux sont d'une dimension trop réduite pour qu'il en aille autrement. C'est l'observateur occidental, l'ethnologue, qui dessine les ensembles. Les aires culturelles que l'on se plaît à reconnaître ne sont donc pas partout de même nature.
Celles que l'on rencontre dans les parties de l'Ancien Monde où les relations à longue distance ont pris leur essor depuis longtemps résultent déjà en partie de processus d'unification liés à la circulation, alors que dans les autres parties du monde, les processus de différenciation locale sont demeurés vivants jusqu'aux contacts avec l'Europe, qui ont commencé aux Grandes Découvertes, mais n'ont eu souvent d'effets décisifs que lorsque la pénétration à l'intérieur des continents est devenue effective - pas avant la second moitié du XIXe siècle dans la plupart des cas.
Arrow Arrow Arrow
الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
http://hamd.3oloum.org
 
A.C/Cours3
استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة 
صفحة 1 من اصل 1

صلاحيات هذا المنتدى:لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى
منتدى معهد اللغة الفرنسية بالوادي :: الفئة الأولى :: المنتدى الأول :: Les aires culturelles/Mr.B.H-
انتقل الى: